footer

BIENVENUE !

Rejoignez les communautés professionnelles d'IDEAL Connaissances pour échanger avec vos pairs, partager vos retours d'expérience et suivre les formations qui vous intéressent. Découvrir

Vous n'avez pas encore de compte sur IDEALCO ? inscrivez-vous dès maintenant pour poser vos questions et partager vos retours d'expérience. Je m'inscris

Quel habitat "pour Bien Vieillir" ? Quel type de parcours de vie pour nos seniors ? 16 solutions adaptées pour nos territoires

Formation à revoir Durée: 1h30 171 participants
Cette formation s'est déroulée le 23 juin 2020.

Senior d'aujourd'hui et de demain : quel habitat idéal ? pour quel parcours de vie ?

Pour comprendre le défi, trois chiffres suffisent:
- La France compte aujourd’hui 28 millions de logements utilisés sous forme de résidence principale.
- Chaque année, moins de 400.000 logements se construisent, soit un renouvellement à hauteur de + 1,4% du parc/an
- D’ici 2040, le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans passera de 4 à 7 millions, soit 3 millions de « plus de 80 ans » en 20 ans.

De ces trois chiffres, une conclusion s'impose : la croissance des « plus de 80 ans » (+ 3 millions en 20 ans) et le faible flux de créations nouvelles de logements, fait apparaître un déséquilibre croissant de solutions d'hébergements adaptés ! quels autres solutions que l'adaptation des logements existants au vieillissement de la population ? Quelles politiques publiques à engager pour relever ce défis ?

La politique du logement des seniors est à l'interface des préoccupations du Ministère de la Santé et du Ministère du Logement. Abordons sans tabou l'impact du vieillissement sur les politiques locales de l'habitat, en refusant la guerre EHPAD/SAAD et en dépassant la simple approche, trop souvent exprimée, de la rénovation énergétique !

Dès lors, le sujet de l’adaptation des logements au vieillissement se situe au cœur même de l'enjeux des années à venir et doit être appréhendé avec méthode et raison.
Les 16 propositions de ce Rapport ont donc comme première intention de sensibiliser de nouveau chacun à cet enjeu majeur: un vieillissement harmonieux passe nécessairement par une politique publique forte et ambitieuse d’adaptation des logements.

Mais cette politique publique se doit d’être préventive. Elle est aujourd’hui trop « curative »; cela se traduit par des travaux d’adaptation dont les bénéficiaires ont en moyenne … 83 ans ! soit un âge quasiment similaire à l’âge moyen d’entrée en EHPAD. Plutôt que d’être réalisés en amont, ces travaux sont trop souvent entrepris après un premier accident domestique (et très souvent après une chute), entraînant un enchaînement de coûts humains et de coûts induits pour la collectivité.
Rappelons-le : les chutes domestiques des personnes âgées de 65 ans et plus, provoquent près de 10.000 morts par an. Un chiffre près de 3 fois supérieur aux décès dues à la circulation routière ! De ces différents constats, nous nous devons de formuler quelques grandes priorités qui devront figurer d’une manière ou d’une autre, dans la future loi Grand Âge et Autonomie...et à minima dans l'évolution des programmes des politiques publiques locales.
Mais, au-delà de la question immobilière, il convient d'ajouter une réflexion sur l'apport des nouvelles technologies et des services associés.En effet, un logement dit « adapté » ne se résume pas qu’au seul aménagement du bâti ! Encore faut-il que la personne à son domicile bénéficie de solutions en matière de sécurité, de conservation du lien social et de suivi médical. Des technologies sont porteuses de ses solutions, telles que la domotique, la téléassistance, la télémédecine ou le monitoring. Demain, l’Internet des Objets, les capteurs, les sols intelligents, l’Intelligence Artificielle devront s’inviter au domicile des personnes âgées pour peu que ces techniques apportent évidemment un surcroît de services.
Il ne faut pas oublier non plus, que le domicile de la personne âgée est aussi bien souvent un lieu de travail pour le/la salarié(e) qui officie en qualité d’auxiliaire de vie ou d’aide-soignant(e), dont l’accidentologie et l’absentéisme sont particulièrement développés. Adapter un logement c’est aussi appréhender les conditions d’une sécurité et d’une ergonomie propres à l’exercice du métier des aidants professionnels...
Quels doit être le rôle de la collectivité ? Comment doit-elle imaginer un partenariat territorial "public-privé" pour développer une offre diversifiée pour un parcours résidentiel adapté ! Quel avenir pour un habitat évolutif ?


Objectifs de la formation :
  • Comment mieux informer les usagers, prévenir, anticiper et protéger ?
  • Comment repenser l'Habitat, le transformer en créant "l'évolutif" ?
  • Comment concilier "Nouvelles technologies", "Générationnel" et "Solutions acceptables" ?
  • Comment concevoir une politique publique qui privilégie un parcours résidentiel aux solutions alternatives ?   
Public conseillé : directeur solidarité, chef de service, chargé de mission Personnes Agées, Personnes Handicapés, DGA Autonomie, architecte, ergonome, infirmière
Tarifs : Cette formation est ouverte à tous. Elle est partagée sur les communautés Economie sociale et solidaire, Personnes âgées et personnes handicapées
Formation animée par :
Les interventions :
Quel HABITAT "pour Bien Vieillir" ? Quel type de PARCOURS DE VIE pour nos SENIORS ? 16 solutions adaptées pour nos territoires  
Les intervenants :

JEAN-PHILIPPE ARNOUX

Directeur Silver Eco et Access...

SAINT GOBAIN

Liste des 171 participants :

Agnès Filizetti

Responsable d'agence

RECIPRO-CITE

Ahmed MANSOUR

Chargé du suivi de la qualité ...

CD93 SEINE SAINT DENIS

Voir tous les participants
F.A.Q