footer

Du mercredi 5 au jeudi 6 octobre 2022
Toulouse, France
Université du Très Haut Débit Centre des Congrès Pierre Baudis

S'inscrire

Edito de Patrick CHAIZE

Président de l'AVICCA

Nos 12 travaux numériques 

Les communications électroniques, pour ne pas dire les télécoms, marqueront certainement les 5 prochaines années de leurs (r)évolutions comme elles l’ont fait depuis l’émergence des autoroutes de l’information, à la fin du XXème siècle.

Quelles pourraient ou devraient être alors les priorités du ministre au numérique de ce nouveau quinquennat au regard des territoires ? 

Pour les collectivités, il s’agit d’abord d’achever la couverture fixe et mobile de qualité, en visant la complétude puisque le réseau fixe cuivre ainsi que les réseaux mobiles 2G et 3G seront bientôt décommissionnés au profit du FttH,d’une part, et de la 4 ou 5G, d’autre part.

Il faudrait « en même temps » pérenniser les actions en faveur de l’inclusion-formation au numérique sans oublier de soutenir le numérique pour l’éducation afin de ne pas laisser au bord du chemin les 17 millions de Français éloignés ou mal à l’aise avec ces technologies.  Le citoyen de ce XXIème siècle devrait, en particulier, maîtriser les bons gestes numériques en  matière d’environnement (télécharger en Wi-Fi plutôt qu’en 4G), de capacité d’analyse et de sécurité (penser avant de cliquer).

Il serait d’ailleurs nécessaire de profiter des mesures de transformation numérique de l’ensemble de la société pour conforter la transition écologique par un grand plan national de soutien aux territoires durables et connectés.

Il conviendrait enfin de mieux prendre en compte la cybersécurité dès la conception logicielle ou matérielle  (« by design ») face à la multiplication des attaques de nos administrations comme de nos entreprises. 

L’Avicca a détaillé ses 41 propositions de mesures précises et concrètes, début mars 2022. Un fond de péréquation nationale pour la vie des réseaux et la redéfinition du service universel dans ses dimensions techniques comme sociale ont d’ailleurs été repris par la « Belle alliance territoriale ». Pour la première fois, dix associations d’élus du bloc local ont appelé clairement à une nouvelle gouvernance construite entre citoyens, territoires et État autour d’un ministère de plein droit déployant des moyens stables pour la conduite d'une politique publique numérique durable.

Tous ces sujets seront évidemment abordés lors de cette nouvelle édition des universités d’été du très haut débit,  à Toulouse, les 5 et 6 octobre prochains. 

 

L’occasion peut-être de voir l’avenir du numérique en rose ? L’opportunité sûrement de mieux saisir cette « souveraineté numérique » inscrite désormais dans le titre du ministre de Bercy. A moins que ce ne soit un bien grand mot pour prolonger des petits remèdes ? 

 

F.A.Q