footer

Du mercredi 29 au jeudi 30 juin 2022
BRUZ, France
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau 2022 PARC DES EXPOSITIONS DE RENNES

S'inscrire

Entretien avec Loïg CHESNAIS-GIRARD

Président de la Région Bretagne                                                                                       

Vous proposerez lors du Carrefour de l’eau une plénière d’ouverture consacrée à l’accès à l’eau comme vecteur d’égalité et, en parallèle, la diffusion du film documentaire Marcher sur l’eau. En quoi est-ce un enjeu crucial pour le XXIe siècle ?

L’eau est un bien vital, une ressource pour l’aménagement et les activités économiques pourvoyeuses d’emplois, elle est aussi une caractéristique essentielle des milieux qui façonnent nos paysages, notre cadre de vie et offrent des espaces de loisirs… L’eau est un élément essentiel à la vie : elle permet de satisfaire des besoins vitaux. Au-delà, l’eau est source d’épanouissement pour les populations car elle peut permettre à chacun de réaliser ce à quoi il accorde de la valeur : avoir un emploi, se promener au bord d’une rivière, y pêcher…

Avoir une eau de qualité et en quantité suffisante est donc un enjeu crucial, à la croisée de nombreuses politiques publiques. La Bretagne a compris depuis très longtemps qu’il fallait préserver cette ressource fragile, notre région présentant la particularité d’avoir un réseau de cours d’eau très dense. 

Les semaines de sécheresse que nous venons de vivre nous rappellent s’il en faut que le changement climatique est à l’œuvre. L’année extraordinaire devient l’année ordinaire. La tension sur la ressource en eau s’accroit donc, d’autant plus que la Bretagne accueille chaque année plusieurs milliers d’habitants. Il est nécessaire de permettre à tous d’avoir accès à l’eau et de développer des solidarités autour de cette ressource essentielle pour le développement économique, l’attractivité du territoire et la qualité du cadre de vie des bretonnes et des bretons.

En Bretagne, les territoires qui détiennent et préservent la ressource sont majoritairement ruraux, alors que les populations qui en bénéficient sont sur le littoral ou dans les métropoles. Il est donc essentiel de créer des solidarités entre ruraux et urbains, centre Bretagne et littoral. Il nous faut pouvoir accompagner les collectivités dans une définition collective de leurs capacités d’accueil au regard d’une ressource finie et partagée. Il nous faut aussi nous interroger sur les moyens nécessaires à la préservation de la ressource et des milieux aquatiques ainsi qu’à des services d’eau potable et d’assainissement performants. Ces questions sont abordées au sein de l’Assemblée bretonne de l’eau qui rassemble les acteurs et utilisateurs de l’eau en Bretagne.

 

En effet, l’accès à l’eau dépend à la fois de la disponibilité de la ressource et de sa qualité, mais aussi de capacité à s’organiser collectivement. Qu’en est-il en Bretagne ?

Préserver la ressource en eau est un défi collectif pour lequel la Région et ses partenaires doivent répondre par des modalités innovantes de collaboration. C’est ce qui est visé au travers de l’Assemblée bretonne de l’eau (ABE) installée le 18 janvier 2022 et qui prend le relais de la Conférence Bretonne et des Milieux Aquatiques (CBEMA). 

L'Assemblée bretonne de l'eau est un lieu d'information, de partage de connaissances et de concertation sur les problématiques liées à l'eau. Elle permet de travailler en transversalité pour redonner un poids politique à l'eau tout en proposant des outils opérationnels pour appuyer la prise de décision. L’une de ses commissions de travail s’intéresse à la ressource en eau et l’aménagement du territoire dans un contexte de changement climatique. 

Elle s'appuie pour cela sur une gouvernance élargie. Les élu∙e∙s locaux∙ales des intercommunalités, les acteurs et actrices économiques et les associations y sont davantage représentés. Elle s’appuie aussi sur des partenaires techniques et scientifiques. Citons notamment les travaux du Creseb (Centre de Ressources et d’Expertise Scientifique sur l’Eau de Bretagne) et du HCBC (Haut Conseil Breton pour le Climat) sur lesquels l’Assemblée pourra s’appuyer.

 

Vous parlerez également de la valorisation du patrimoine naturel et culturel que représentent les milieux aquatiques. Pourquoi est-ce important pour la Bretagne ?

Le territoire breton recèle de multiples paysages et de milieux variés (espaces cultivés et bocagers, landes, prairies, tourbières…), supports de biodiversité. Les nombreuses vallées où coulent nos rivières jouent un rôle structurant pour le paysage. Les versants offrent différentes vues et comportent un patrimoine bâti reflétant les ressources naturelles locales. Les fonds de vallées présentent des aménagements hérités du passé : moulins, ponts… A tout cela se mêlent des contes et légendes, des évènements culturels, des pratiques de loisirs, une histoire orale marquée par les langues bretonne et gallèse… 

L’eau est donc partout en Bretagne, façonne les paysages, marque une identité, créé des attachements et améliore le cadre de vie des habitants. La valorisation de ces patrimoines culturels et naturels liés aux milieux aquatiques peut permettre de mobiliser les citoyens, les associations et les élus. Ensemble, ils prennent alors soin de leurs rivières, de la nature et de leur territoire. 

C’est cette approche que nous souhaitons développer avec le projet d’Atlas socio-culturel des rivières bretonnes, conduit en partenariat avec Eau & rivières de Bretagne. Certains territoires, notamment le Léguer, développent déjà ce type d’approche depuis plusieurs années. Cela permet à la fois de mobiliser les habitants autour de la préservation de leur environnement et de renforcer l’attractivité touristique du territoire en valorisant les efforts réalisés pour la reconquête de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques.

 

F.A.Q