footer

Du mercredi 7 au vendredi 9 octobre 2020
Massy, France
10e Assises nationales de la biodiversité

Save the date

Edito de Pierre DUBREUIL

Directeur général de l'Office Français de la Biodiversité

L’Office français de la biodiversité (OFB) est né en janvier 2020 de la fusion de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et de l’Agence française pour la biodiversité (AFB), elle-même née en 2017 de la fusion de plusieurs entités dont l’ONEMA. De quelle façon se structurent désormais vos différents services ? Comment définissez-vous votre mission « nouvelle » ?

Les rapports scientifiques le démontrent, l’érosion de la biodiversité est indéniable et nécessite d’opérer des « changements transformateurs » dans nos modes de vie. En unissant l’AFB et l’ONCFS pour créer l’OFB, l’Etat a souhaité rassembler les expertises des deux établissements pour apporter une réponse forte et coordonnée face à l’urgence. L’OFB regroupe désormais 2800 agents implantés partout dans l’Hexagone et dans les Outre-mer.

 

Face à ce défi, la France doit se mettre en mouvement vers un avenir plus désirable. Et L’OFB doit être moteur dans cette mise en mouvement ; nous disposons de trois leviers puissants et complémentaires : la connaissance et la sensibilisation sur le terrain ; la mise en œuvre des politiques publiques de protection et de réintroduction de la biodiversité au cœur de chaque territoire ; la sanction avec la police de l’environnement et la police sanitaire. De plus, l’OFB regroupe tous les acteurs qui ont un lien direct avec la nature : agriculteurs, pêcheurs, chasseurs, usagers et habitants dans les territoires. Notre objectif est de les réunir autour de projets partagés permettant de restaurer et de défendre la biodiversité, malgré leurs intérêts parfois divergents. Des projets emblématiques et très concrets naissent de cette fédération d’acteurs soucieux de leur cadre de vie et de leur santé. Enfin, notre rôle est aussi d’éclairer et d’accompagner la prise de décision publique en France comme au sein des grandes instances internationales.

 

L’OFB a lancé en juillet dernier un nouvel appel à projets pour les « Atlas de la biodiversité communale et intercommunale (ABC) ». En quoi cette action permet-elle de mieux connaître la biodiversité dans les territoires ? Quels sont les avantages pour les élus locaux d’y participer ?

La connaissance est à la base de toute bonne action. En ce sens, les Atlas de la biodiversité communale, lancés en 2017 par l’AFB et que l’OFB a poursuivi, sont un formidable outil proposé aux élus locaux pour mieux préserver et valoriser leur patrimoine naturel grâce à un diagnostic précis de la biodiversité sur leur territoire. En plus d'un inventaire naturaliste, la démarche ABC inclut la sensibilisation et la mobilisation des élus, des acteurs socio-économiques et des citoyens. Elle définit également des recommandations de gestion ou de valorisation de la biodiversité. L'objectif est d'identifier les enjeux prioritaires pour la biodiversité sur le territoire et d'aider à agir en les intégrant dans ses politiques communales ou intercommunales.   A ce jour, 107 projets en métropole et dans les outre-mer ont bénéficié de ce soutien. Cette année encore, près de 2,5 millions d'euros seront consacrés à la mise en place « d'Atlas de la biodiversité communale » sur les territoires de collectivités volontaires. Pour faciliter le partage des données et leur consultation nous avons créé un portail dédié : http://abc.naturefrance.fr. Chaque porteur de projets ayant mis en œuvre un ABC peut participer à son enrichissement ou compléter la liste des ABC recensés.

Suite aux « Territoires engagés pour la nature (TEN) » lancés l’an dernier, vous développez votre initiative en lançant cette année les « Entreprises engagées pour la nature (EEN) ». Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste ce nouveau dispositif ?

 

 

« Engagés pour la nature » est une initiative du plan biodiversité du Gouvernement, portée par l’OFB qui vise à inciter les collectivités, les entreprises et l’ensemble des acteurs à s’engager en faveur de la biodiversité. Le dispositif est ouvert à tous, quelle que soit la situation initiale en matière de prise en charge des enjeux de biodiversité. « Territoires engagés pour la nature » connaît en effet un début prometteur, grâce à l'impulsion des Régions avec qui nous collaborons efficacement, et des agences régionales de la biodiversité que nous créons avec certaines. L'an prochain le programme sera déployé dans 14 régions. S’agissant des entreprises, les attentes des Français sont fortes, comme le montre une étude récente que nous avons menée : « 1 Français sur 2 attend des entreprises qu’elles s’engagent ». Les entreprises ont encore de réelles marges de progrès à faire pour intégrer la protection de la biodiversité dans leur mode de production, leur décision d’investissement, leur chaîne d’approvisionnement. Adhérer au programme « « Entreprises engagées pour la nature-act4nature France » signifie pour elles s’engager en faveur de la biodiversité et passer à l’action. C’est ce qu’attendent les Français aujourd’hui de la part des décideurs. Ils peuvent compter sur les forces de l'OFB auprès d'eux.

 

 

F.A.Q