footer

Du mercredi 7 au vendredi 9 octobre 2020
Massy, France
10e Assises nationales de la biodiversité

Save the date

Edito de Grégoire DE LASTEYRIE

Président de la communauté d'agglomération Paris-Saclay

La communauté Paris-Saclay est à la pointe en termes de recherche scientifique, en témoigne la 14e place de son Université dans le classement de Shanghai 2020. En quoi cette proximité avec le monde de la recherche peut-elle être moteur pour développer une politique biodiversité sur le territoire ?

C’est vrai que le territoire de la communauté Paris-Saclay bénéficie d’atouts tout à fait remarquables en matière scientifique et technologique, avec un cluster qui se situe dans le top 8 mondial et deux grandes structures qui sont à la pointe de la recherche : l’Université Paris-Saclay et l’Institut Polytechnique de Paris.  Nos étudiants, nos chercheurs, nos enseignants travaillent notamment sur les enjeux majeurs de la transition écologique et de la biodiversité. Ils partagent cette conviction qu’il y a un lien naturel entre le monde de la recherche et l’exigence civilisationnelle de préservation de la biodiversité.

C’est pourquoi l’Agglomération souhaite s’appuyer sur ce formidable potentiel pour bâtir une stratégie qui permette d’agir concrètement sur tous ces enjeux. Avec l’objectif d’agir vite, car la défense de la biodiversité est une véritable urgence qui nous concerne tous ! Pour y arriver, nous avons besoin de la communauté scientifique pour répondre notamment à certaines interrogations fondamentales sur l’impact de l’activité humaine, sur les paramètres d’identification à prendre en compte, sur les notions de limite à l’échelle planétaire et à l’échelle territoriale, sur les marges de manœuvre qui sont les nôtres, sur les nouvelles technologies qui pourraient être utilisées.... Ce partenariat continu entre les responsables publics et les scientifiques est indispensable si nous voulons obtenir de vrais résultats en termes de défense de la biodiversité !

 

La Communauté Paris-Saclay a pensé plusieurs actions pour promouvoir et sauvegarder la biodiversité : programme pédagogique pour les scolaires, observatoire ornithologique sur les étangs de Saclay, développement de l’agriculture urbaine, végétalisation des bâtiments… Où en êtes-vous et quel premier bilan en tirez-vous ?

Avec mes 26 collègue maires des villes de la Communauté Paris-Saclay (CPS), nous sommes tous conscients de la nécessité d’agir pour défendre le vivant et sa diversité. Car si les enjeux liés au dérèglement climatique sont de mieux en mieux appréhendés, la biodiversité reste encore trop souvent le parent pauvre des politiques publiques à tous les niveaux. Et cela doit évidemment changer. En ce qui concerne la CPS, nous sommes déjà effectivement très engagés, au travers d’actions d’information, d’éducation et de sensibilisation auprès des scolaires ou du grand public : à l’image de l’observatoire ornithologique des Etangs de Saclay qui va très prochainement ouvrir au public.

Cependant l’Agglomération souhaite aller beaucoup plus loin et orienter son action vers une meilleure prise en compte de la dimension « biodiversité » dans l’ensemble de ses actions. C’est une nouvelle dynamique vertueuse que je souhaite impulser. Ce qui suppose notamment de changer certaines de nos habitudes de travail. Nous devons notamment apprendre à travailler dans une logique d’écologie adaptive afin que le vivant trouve pleinement sa place dans les projets que nous mettons en œuvre.  Défendre la biodiversité, c’est veiller à ne pas opposer environnement et économie, nature et aménagement ; mais c’est au contraire veiller à les associer, en organisant la résilience du territoire, en faisant en sorte que l’attractivité du cadre de vie passe par le respect des grands équilibres environnementaux.

 

Quelles sont les prochaines initiatives que votre communauté s’apprête à concrétiser ?

Cette nouvelle dynamique passe par une mobilisation sans faille de notre intercommunalité, qui doit jouer un rôle de fédérateur et de chef de file, en impulsant des actions fortes et rapides.

Ainsi, je souhaite que notre agglomération soit un lieu de débat, de réflexion, de formation, à destination de tous : citoyens, scolaires, élus, employés de nos collectivités, entreprises, associations, chercheurs-scientifiques… Je souhaite que nous nous impliquions dans la formation et l’information répondant à l’urgence environnementale. Que nous réfléchissions à des solutions partagées, permettant de réfléchir à toutes les nouvelles thématiques qui sont liées à la défense de la biodiversité : la permaculture, l’agroécologie, l’agroforesterie, la question de l’eau… Notre agglomération doit devenir la vitrine de notre engagement pour la biodiversité.

La deuxième grande initiative concrète concerne la candidature de l’Agglomération à l’appel à projet « Atlas de la biodiversité communal et intercommunal 2020 », qui a été lancé cet été par l’Office français de la Biodiversité.

L’objectif est d’apporter aux élus des communes et à la population une information naturaliste complète, qui permette de connaitre les spécificités de notre territoire, et donc d’envisager une meilleure intégration des enjeux de biodiversité dans les choix de politiques publiques et d’aménagement.

 

Ces deux initiatives concrètes marquent clairement notre volonté de changer de vitesse et de faire de la biodiversité une priorité essentielle, afin que nous puissions offrir à nos enfants un monde habitable ! C’est une urgence absolue !

F.A.Q